Avril 2005

 
         
         
  1

Drôle d'état que l'état de grossesse qui fait passer de la tristesse (déclenchée, par ex, par les images du documentaire "Le Cauchemar de Darwin", reçues de plein fouet, j'oserais pas dire après ça qu'il faut pas grand chose mais ...) à l'état d'euphorie avec, dans tous les cas, des émotions fortes, des images mentales qui s'incrustent bien en dedans.

Drôle d'état accompagné, tour à tour, de sentiments de "clarté" assez intenses concernant mes certitudes, le cheminement qui m'a mené jusqu'à cette maternité tardive, l'arrivée de mon enfant dans ma relation avec Lepapa (disons que les principes de base, de départ, sont définis depuis un moment, l'histoire se déroulera ensuite au jour le jour, laissant au Papa la liberté de définir la place qu'il souhaite prendre), et de doutes ébranlant certains principes que je croyais définis en matière, par ex, de religion (inscrire son enfant dans une religion/l'inscrire dans l'histoire de sa famille, question du baptême).

Parallèlement, bien que les semaines, les mois passent, le côté magique de cette petite vie qui s'éveille, se forme en moi, reste toujours très présent à l'esprit. Et même si je n'ai jamais fantasmé sur la période "grossesse" (et pas pour des questions de physique qui change, j'ai sur mon corps un regard plutôt tendre en ce moment même si ce nouveau corps nécessite un ajustement), je reconnais que je vis des moments émouvants (rien que de sentir mon bébé réagir lorsque je passe la main sur mon ventre, caressant les petites bosses qui apparaissent ponctuellement).

Sur un plan plus pratique, je commence à préparer son trousseau, traquant (une nouvelle marotte) les petits vêtements de grande marque neufs et certains équipements vendus sur Ebay. Une vraie mine. Qui demande du temps, certes, mais permet de faire entrer dans le budget de forts jolies choses, et de qualité, devenues plus abordables. Et puis, je suis parfois prise de lubies en la matière. Collègue M, qui part la semaine prochaine pour la Floride, m'a gentiment demandé si je souhaitais qu'elle me rapporte quelque chose de là-bas et d'un seul coup je VOULAIS absolument des "Winnie the Pooh receiving blankets" allant jusqu'à lui imprimer les modèles trouvés sur le site de Target afin qu'elle ne se trompe pas. Aheum .... Depuis quelques jours, ce sont les petites chaussures en laine, coton ou cuir fin qui "m'obsèdent". Drôle quand on sait à quel point je ne suis absolument pas une fan de shopping. Enfin, vive le net !

Et pour finir, ma grand-mère a remis à Sang-Po un joli drap ancien avec dentelles et broderies pour le petit lit de mon bébé. Ce drap a, parait-il, une histoire que mon frère me racontera lorsqu'il me l'apportera. Et il a servi pour Amala et ma tante et ça, ça me touche beaucoup.

4

A semaine difficile au bureau, week-end avec ChagsBral agréable et printanier, du genre qui libère les mauvaises ondes : vu "Vaillant" au ciné (un tantinet déçue), brunché à la Rose Bakery (je me sens quand même très chiante avec mes réactions mais c'est plus fort que moi cette parano surtout lorsque je suis mal renseignée sur la composition des plats par la serveuse), ballade dans le quartier des Buttes Chaumont et le parc de Bercy (une vraie découverte, je ne connaissais que la partie Bercy-Village). Des discussions sérieuses, des plus rigolotes, des main dans la main, des nuits à la chaleur d'une peau aimée, des moments qui me sortent le nez du nombril. Qui font du bien, qui équilibrent.

 
         
         
  7

Au bureau, les langues vont bon train concernant les changements programmés pour la fin d'année. Entre autres, la compta et la gérance locative vont emménager dans les locaux d'un autre cabinet du groupe et nous récupérons le service copro dudit cabinet. Ca, plus les nouvelles directives, la nouvelle organisation mise en place, ça éveille de très mauvais souvenirs chez collègue S et moi-même. Been there, seen it all. Impossible de ne pas penser qu'une fois que les deux mêmes services d'un troisième cabinet parisien nous auront rejoint à ces deux adresses, des têtes vont tomber *soupirs*.

Humeur plus sereine aujourd'hui malgré une nuit un peu agitée. Hier soir, je suis allée voir, avec ChagsBral, "Robots" que j'ai beaucoup aimé après un dîner plutôt agréable en bord du Quai de Seine. C'est ensuite, une fois rentrés et couchés, que j'ai été prise d'un véritable coup de blues (enfin, je passe sous silence l'épisode du premier restau dans lequel nous étions entrés, une brasserie qui sentait cette odeur typique des vieux bistrots de quartier, un mélange de tabac froid, de papier journal mouillé et d'huile de friture et dont nous sommes partis après avoir étudié la carte pendant 5 mns, je ne m'imaginais pas manger quoi que ce soit dans un endroit pareil, un vrai blocage). Je n'étais pas d'humeur chafouine, je me sentais juste un peu fatiguée et je n'ai rien vu venir. C'est au contact de sa main que tout est remonté. Ma libido en berne, l'absence du désir, l'idée que mon corps puisse ne plus être séduisant à ses yeux, un peu de frustration quand même, la crainte de perdre toute féminité, de n'être plus qu'une "maman". Des mots pas faciles à trouver, des larmes qui sortaient de je ne sais où (foutues hormones, va). Par chance, je sais que je peux m'ouvrir librement à ChagsBral, que la discussion, même si elle est difficile, émotionnelle, est possible et qu'elle peut lui permet de répondre avec la même franchise (en tout cas, c'est ce que je ressens après coup). Il a donc mis les mots sur ses propres interrogations, m'a donné son sentiment sur cette période d'adaptation et je sais, maintenant, que d'entendre ses mots m'était nécessaire.

 
     
         
 
   
       
 
         
  30

Voilà encore un mois de passé et :

Un joli bidon que je me surprends à carresser lorsque mon bébé se manifeste par quelques ruades ou tapotements. Je lui fais des petits coucous, masse doucement l'emplacement où il s'est manifesté et suis toujours épatée de le voir aussitôt réagir ou parfois s'apaiser. Actuellement, le schéma est plutôt le suivant, typique paraît-il, calme, endormi lorsque je suis active, actif lorsque je suis au repos. La nuit, c'est parfois bamboula et cie, certainement pour m'habituer au rythme en dents de scie à venir. Un bon entraînement pour acquérir la capacité à se rendormir malgré tout, ce qui n'était pas gagné pour moi.

Sur le plan physique, je me sens plutôt bien et maîtrise pas trop mal la prise de poids (au point de toujours pouvoir porter deux de mes anciennes jupes, certes reprises au niveau de la taille, mais bon ...). Seul petit point noir, l'arrivée de problèmes circulatoires imposant un léger traitement et le port de ... bas de contention ... gloups. Pas la joie. Je dois d'ailleurs passer à la pharmacie afin qu'ils y prennent mes mensurations. Va pas falloir que je traîne parce que les jambes comme des poteaux en fin de journée, c'est de toute façon pas terrible non plus.

Et puis, en vrac :

En lecture cette semaine : pas la constitution européenne (et là, c'est un peu la honte, je n'arrive pas du tout à m'y intéresser, malgré quelques discussions avec ChagsBral) mais le très intéressant "Points forts" Tome 1 de T. Berry Brazelton, le très bon "Sourcellerie" de Terry Pratchett et "Le Chat du Rabbin" T 3 de Sfar.

Un message de ma tante, la voix nouée, le 26 et que je n'ai trouvé que le 27.C'est la première fois en 4 ans que nous ne nous sommes pas réunis, mes frères et moi, pour un repas en mémoire d'Amala. 4 ans, peut être un cycle complet. Cela n'empêche nullement le souvenir, les petits rites liés à cette journée qui se sont mis en place au fil du temps et qui s'accomplissent dans la sérénité au milieu de souvenirs heureux. Cette année, j'ai particulièrement remercié ma mère pour ce qu'elle m'a transmis en termes de valeurs "maternelles" et qui me permettront d'accueillir à mon tour ma fille, riche de cette expérience.

 
         
     
         
     
         
   
     
         
     
         
     
         
     
         
     
         
     
         
     
         
     
         
   
         
     
         
  Stealing stuff brings bad karma © 2005